Archives du mot-clé Projet Hermitage

Valse des panneaux PC : 3ème temps.

Hier, 20 mars 2012, les panneaux des trois PC affichés le 08 mars ont été remplacés par d’autres, portant la mention imprimée ”(…) contrôlés par huissier le 20 mars 2012“,  et sur lesquels figuraient de nouvelles précisions…

Ce que nous n’avions pas signalé, c’était qu’aucun des panneaux des PC affichés le 08 mars 2012 au bas du Damier d’Anjou-Infra n’avait été changé…

Chose faite ce matin, 21 mars ! De nouveaux panneaux d’affichage PC ornent désormais l’un des murs au bas du Damier d’Anjou-Infra, et portent les mêmes ajouts que leurs pendants affichés le 20 mars Place de Seine. Seule change la mention « Huissier » imprimée sur les affiches : « “(…) contrôlés par huissier le 21 mars 2012”.

Face à ce 3ème temps de valse, à partir de quand démarre  le délai de recours contentieux «  de deux mois à compter du premier jour d’une période continue de deux mois sur le terrain du présent panneau (article R. 600-2 du code de l’urbanisme)“ ?…                                                                                                                                A partir du 08 mars 2012 ? du 20 mars 2012 ? ou du 21 mars 2012 ?

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Affichés au bas du Damier d’Anjou-Infra depuis le 21 mars 2012

 

« Les Damiers attendent… » – Le Parisien 25.02.2012

… non pas leur démolition, mais leur rénovation et le respect & l’application des lois Françaises.

Il n’y a pas 20 résidants qui souhaitent rester chez eux, mais bien plus du double… Et bien plus encore si l’on parle en terme de « personnes ».

Personne n’a engagé de procédure judiciaire pour « demander l’annulation de la vente de l’ensemble des Damiers par Logis-Transports à Hermitage« . En réalité, une procédure vise l’annulation de la vente de 2001 entre les Stés AXA et LOGIS-TRANSPORTS – la promesse de vente signée entre LOGIS-TRANSPORTS et la SNC LES LOCATAIRES, filiale de HERMITAGE, n’étant qu’une conséquence de la cause première.

La réalisation du projet de couverture de la RD7 est l’une des conditions sine qua non à la construction de ces tours (et vice versa, selon les pouvoirs publics). L’enquête publique concernant le projet de couverture de la RD7 n’aura pas lieu avant l’automne 2012 (selon documents sources). Rapport des commissaires enquêteurs remis fin 2012, on ne saura donc pas avant 2013 si ces deux « projets » -qui n’en font donc qu’un au bout du compte- sont viables ou pas… D’autre part, si la couverture de la RD7 devait voir le jour, sa construction (entre autres)  serait entièrement financée par l’EPADESA…

Alors pourquoi les principaux acteurs de ces projets font-ils vivre un enfer aux résidants depuis quatre ans, voire plus encore ?

Par ailleurs, (selon documents sources, également) la date butoir pour la signature du permis de construire de ces tours était le 18 janvier 2012… Le terme « Date butoir » ne voudrait-il donc plus dire « Date limite à ne pas dépasser » ?…

Et, histoire de le rappeler, le TGI de Nanterre a prononcé l’interdiction de démolir les lots visés par les permis de démolir (également attaqués par diverses entités).

Pieds sur terre et tête sur les épaules, à l’instar de leurs voisins « locataires », certains copropriétaires ne s’en laissent pas raconter. Quant aux commerçants visés, ils ne sont pas plus à la fête que les résidants…

Autrement dit, cela fait des années que la vie des uns est  bouleversée, ravagée,  et que les conditions de travail des autres sont difficiles. Tous sont traumatisés par cette situation scandaleuse ! Tout ceci pour quoi ? Pour un projet dont la réalisation est pour le moins incertaine…  

 Les Damiers attendent leur démolition depuis quatre ans – 25-02-2012 – leParisien.fr
http://www.leparisien.fr/courbevoie-92400/les-damiers-attendent-leur-demolition-depuis-quatre-ans-25-02-2012-1877067.php

 

« Un chantier retardé mais pas affecté » – 20 minutes 10.01.2012

C’est au tour du gratuit « 20 minutes » de jouer le couplet « communication » qui ne laisse dupe aucun initié à l’affaire…

Dans cet article du 10 janvier 2012, sont évoquées les deux pétitions du Net parlant de « 280 signatures » « Pour » et de seulement « 142 soutiens » (le mot « signature » s’est envolé…) « Contre ». En revanche, pas un mot sur les nombreux commentaires, émaillant ces deux pétitions, qui ne manquent pas de sel, notamment ceux insultant les habitants…

De façon amusante, seul le Président de HERMITAGE a droit à la parole alors que sa filiale, la SNC LES LOCATAIRES, et seulement sa filiale, n’est propriétaire que de 7 commerces (et de quelques locaux à usage commercial vides) dans ce quartier des Hauts-de-Seine.

Aucun riverain (qu’il soit propriétaire, locataire ou commerçant) n’a voix au chapitre. Un promoteur parle à leur place, et tout va bien dans le meilleur des mondes !…

Il est également question des « relogés dans des conditions plus qu’avantageuses. » Peut-être que le Président de HERMITAGE aurait aimé vivre dans l’un des appartements proposés aux délogés de la Résidence…

Mais encore, il est question des travaux qui auraient dû commencer en septembre 2011… Quand on y réfléchit ne serait-ce qu’une 1/2 seconde, comment ces travaux auraient-il pu commencer il y a 6 ou 8 mois (fin 2010/début 2011) alors que les forages-sondages battaient leur plein, que l’enquête publique n’a débuté que le 12 septembre dernier et qu’aucun financement du projet n’est  encore annoncé ?

D’autre part, ce soi-disant retard pris n’a aucun lien avec les recours déposés par les résidants, ou locataires légitimes et « mécontents ».

En outre, VIVRE A LA DEFENSE (association de riverains), n’a pas déposé de recours « contre » le projet de M. ISKENDEROV. VIVRE A LA DEFENSE a seulement déposé un recours contre les Stés AXA et LOGIS-TRANSPORTS (vente de 2001) et, par effet lié, contre la promesse de vente signée entre LOGIS-TRANSPORTS et la SNC LES LOCATAIRES ;  7 recours pour excès de pouvoir (« permis de démolir » entachés d’illégalité) contre la mairie de Courbevoie ; un recours contre LOGIS-TRANSPORTS visant l’entretien inexistant des immeubles et autres.

Ceci dit, il est exact que les Stés HERMITAGE et LES LOCATAIRES ont assigné l’association VIVRE A LA DEFENSE lui réclamant 8 M€ pour recours abusifs et retard de travaux et ce, avant même qu’un seul jugement soit rendu (et jugé non abusif). Des difficultés jugées « minimes » par le promoteur dans cet article…

Moins « minime » est peut-être le délibéré du TGI de NANTERRE qui a, en octobre dernier, prononcé l’interdiction de démolir de la Résidence. Mais, bien sûr, il ne faut surtout pas parler de cette condamnation..

D’ailleurs, le sous-titre de cet article « Malgré les recours, les travaux des tours Hermitage devraient commencer en 2012 » fait bien peu cas de l’importance de la Justice dans cette affaire…

Face à tant « d’erreurs » et à cet anormal droit à la parole « unique », nous avons contacté Oihana Gabriel, journaliste, auteur de l’article. Celle-ci n’a manifestement pas souhaité nous rappeler.

Idem pour : PARIS DEPECHE Tours HERMITAGE les travaux auront bien lieu 2012 01 10

 

Conseil Municipal du 20.12.2011 Mairie de Courbevoie

En pleines vacances scolaires et à quelques jours de Noël…

Est inscrit à l’ordre du jour de ce Conseil Municipal* du 20 décembre, l’«Autorisation de démolir l’ensemble immobilier « Damiers d’Anjou » situé Passage de Seine ».                                                                                                                            * les Conseils Municipaux sont publics et donc ouverts à tous. Le  public reste spectateur et ne peut y participer.

Document de la commission de l’urbanisme, du patrimoine et de l’environnement récupéré, on apprend que : « la Ville, en sa double qualité de commune d’implantation et de garante des prêts (…) » et que « 4 (logements) sont en cours de libération. »

Voici qui ravira les aficionados, forcément ignares du dossier… car, si tout le monde sait qu’une pléiade de recours pour Excès de Pouvoir (mairie – permis de démolir critiqués ) a été déposé, qu’une interdiction de démolir (ou de faire démolir) a été ordonnée par un tribunal, que de même façon la qualité du propriétaire réel des Damiers ANJOU-INFRA et de BRETAGNE est remise en question, les connaisseurs de cet épineux dossier aimeraient savoir :                         –  depuis quand la Ville est-elle garante de ces prêts accordés à la Sté Logis-Transports ?…                                                                                                                                       –  depuis quand la Sté Logis-Transports a-t-elle mené un accompagnement social en proposant à chaque habitant un relogement correspondant à sa situation ?…    –  depuis quand 4 appartements du Damier d’ANJOU sont-ils en cours de libération ?…

 En outre, « Il est demandé au conseil de donner son accord (…) sous réserve du relogement de l’ensemble des habitants. »                                                                             Amusé, l’ensemble des habitants a bien noté le « sous réserve »…

Que ce point aussi étrange que particulier de l’OdJ soit voté ou pas, une nouvelle tâche vient de maculer ce dossier.

Une manière décidément très singulière de souhaiter « Joyeux Noël » aux résidants concernés, administrés Courbevoisiens !…

Commission de l’urbanisme (démol ANJOU) 2011 12 13

CM 20 12 2011

« Les Résistants… » – « Sept à Huit » du 04.12.2011 – Surprenant !

Le moins que l’on puisse dire est que ce reportage n’était pas vraiment celui que l’on attendait…

De façon surprenante, et au premier coup d’oeil, a été servi une pub, véritable Ode au projet de M. Iskenderov qui n’est même pas propriétaire de la Résidence des DAMIERS. Franchement, dans quel monde vivons-nous ?!

Mais qu’importe ! Ceci n’entame en rien la volonté des résidants et riverains de poursuivre ce combat, né il y a plusieurs années déjà. D‘autres occasions se présenteront pour que soit enfin révélée la Vérité !

nb : il faut aussi faire la part des choses. Ce reportage était destiné à TF1  et a été diffusé à une heure de grande écoute… Le fort mécontentement des habitants, victimes depuis tant d’années, et leurs vives réactions, sont certes légitimes. Cependant, certains professionnels de la presse ont porté un regard différent sur ce reportage et ont bien compris que le « problème » était plus grave, bien plus profond, qu’il n’y paraissait… Nous remercions donc Pauline et son équipe de s’être intéressées au « problème ».

Pour en savoir plus, l’histoire et le combat de la Résidence des DAMIERS, des résidants et des riverains, est expliqué tout au long des pages de ce site. Bonne lecture…

Conclusions du rapport d’enquête (projet Hermitage)

Reçues ce matin après en avoir fait demande par courrier Recommandé avec AR auprès de la Préfecture des Hauts de Seine.

Ces conclusions n’étonneront personne. Durant l’enquête publique, les commissaires enquêteurs ont à plusieurs reprises répondu qu’ils donneraient un avis favorable à ce projet. Ils ont tenu parole.     

Ceci étant, ce n’est qu’un rapport rendu. Favorable ou pas, l’avis n’est que consultatif. La Justice, quant à elle, continue à traiter les dossiers indépendamment de cette enquête publique et des conclusions consultatives rendues. Les procédures suivent leur cours.

En pdf, les conclusions de la Commission d’Enquête : conclusions CE Hermitage

Pour consulter le dossier en totalité, prendre RV avec la Préfecture, la mairie de Courbevoie ou la mairie de Neuilly. Le dossier est à disposition du public pendant un an.

nb : des sondages sont toujours en cours au pied des Damiers Infra. Il n’y a pas d’affichage, comme pour ceux effectués au pied de la tour Neptune (commencés fin septembre 2011 pour le compte de l’EPADESA  & HERMITAGE, selon l’arrêté fourni par la mairie) il y a quelques semaines.

Tours HERMITAGE, la Ville (de Neuilly) demande des précisions…

En page 3 de la lettre du Maire de Neuilly, M. FROMANTIN (N°26 – Novembre 2011).

Le lettre de Maire de Neuilly (N°26 – Novembre 2011) :  (http://www.ville-neuillysurseine.fr/files/neuilly/mairie/lettre_du_maire/lettre-du-maire-26.pdf)

Enquête Publique Projet Hermitage Plaza : du 12 sept. au 12 oct. 2011

Samedi 08 octobre 2011                                                                                         Commissaire-enquêteur présent : M. ANDRY

 Samedi 08 octobre, de 09:00 à 12:00, bon nombre de Courbevoisiens et de Neuilléens se sont déplacés pour participer à l’EP du projet Hermitage.

Habitants et associations de Courbevoie et de Neuilly ont pu constater que l’ambiance était sensiblement  houleuse.                                                                      Hormis les zones d’ombres et diverses remarques, et/ou questions, soulevées – qui ne trouvèrent pas de réponses satisfaisantes :                                                                –      à 11:25,  une personne s’étonnant de ne pas trouver sur les tables le Registre d’Enquête Publique (permettant au public d’y inscrire ses observations), se mit à le chercher aidée par d’autres. Le registre n’avait pas été sorti de sa boîte. Celui-ci étant public, la dernière page en cours (celle datée du 08 octobre) a été photographiée à 11:45, l’espace réservé au 08 octobre est vierge de toute annotation.                                                                                                                                                      –   oralement, une autre a demandé la prolongation de l’EP en vertu de l’ampleur et de la complexité du dossier. En guise de réponse, M. ANDRY lui déclara qu’il avait déjà été indiqué à de précédents visiteurs-consultants que l’Enquête Publique ne serait pas prolongée. Vox Populi : « Démocratie, où es-tu ? »

Un petit mois -période minimum légale d’une EP- est effectivement très court pour un projet de cette ampleur. Aussi court que l’est une EP pour la réfection des trottoirs d’une simple rue…

Clôture de l’Enquête Publique : le 12 octobre. Les consultations restantes en présence d’un commissaire-enquêteur sont :                                                                           –  Lundi 10 octobre : de 09:00 à 12:00                                                                                       – Mercredi 12 octobre : de 14:30 à 17:30.