Archives du mot-clé Plan de renouveau de La Défense

La Couverture de la RD7

Lors d’une présentation publique (le 20.10.2012 : projets de l’EPADESA dans le cadre du « Plan de Renouveau de La Défense »), une question fut posée face à l’absence d’enquête publique concernant la couverture de la RD7, malgré l’envergure du projet PP et les permis de construire HERMITAGE PLAZA déposés.

M. Philippe CHAIX a alors répondu que, finalement, la couverture de la RD7 ne se ferait pas et que des réflexions étaient à l’étude.

Très étonnés de cette révélation puisque ce projet public conditionne la réalisation du projet privé HERMITAGE PLAZA, et vice-versa, des habitants ont posé la même question lors d’une autre réunion publique tenue le 11.12.2012. La réponse apportée par Eric CESARI, notamment conseiller municipal de la Ville de COURBEVOIE chargé de LA DEFENSE, confirma celle de M. CHAIX.

Présentée depuis 2008/2009, la couverture de la RD7, qui devait être entièrement financée par l’EPADESA, ne verra donc pas le jour.

Point sur le Plan de renouveau, 14.01.2012

L’Etablissement Public d’Aménagement de La Défense Seine Arche et son directeur général, Philippe Chaix, propose au public de faire le point sur le Plan de renouveau et sur les différentes opérations en cours et à venir sur le territoire de La Défense.

La présentation se déroulera dans les locaux de l’Epadesa à la tour Opus 12
Samedi 14 janvier 2012 de 10H30 à 12h30
Galerie des Projets – Tour Opus 12 – Esplanade Sud – Quartier Villon
77, esplanade du Général de Gaulle – 92914 Paris La Défense.

Les personnes intéressées sont priées de s’inscrire auprès de :
Constantin Nicolaï à l’adresse cnicolai@epadesa.fr ou au 06 16 06 43 47

« Affluence à l’enquête publique sur les tours Hermitage »

EP tours Hermitage – Le Parisien 2011 09 28

Effectivement, il y a belle affluence.                                                                                       Par ailleurs, le champ de questions soulevées par les visiteurs est bien plus large que les « nuisances du chantier » et les « ombres portées ».                                          Mais à propos d' »ombres portées », un petit test très simple à faire soi-même peut en donner une certaine idée : se munir d’une lampe de poche, ou de la lampe torche d’un portable, et la faire jouer selon le parcours du soleil (d’est en ouest, et passant derrière FIRST, dans un mouvement ascendant puis descendant) sur la maquette des tours. Même si l’étendue du rayonnement solaire ne peut être reproduite à l’échelle, et selon chacune des saisons, le résultat est tout de même intéressant.

Le coup du recensement

En 2011, comme chaque année, un recensement partiel a été effectué sur 8% de la population française. Bénéficiant d’un cadre légal strict, le recensement a été lancé cette année le 20 janvier. Selon les dispositions légales, toute personne recensée doit en être avertie au préalable par une affiche apposée dans les halls d’immeubles avisant de la visite prochaine d’un agent recenseur, devant être muni d’une carte tricolore, avec photographie, signée par le maire. Lors de sa visite à domicile, l’agent recenseur doit remettre une « feuille de logement » à son interlocuteur et un nombre de bulletin(s) correspondant au nombre de personnes occupant le logement. Puis, soit l’agent vient, sur rendez-vous, récupérer les questionnaires, soit le recensé peut les retourner directement à la direction régionale de l’INSEE ou à la mairie. Date de clôture du recensement : le 26 février 2011 (pour les villes de plus de 10,000 habitants, cas de la Ville de Courbevoie (92400)).

Voici comment le recensement de la population est réalisé partout en France. Partout ? Non, pas sur une petite partie de la Résidence des DAMIERS (Courbevoie) qui a eu droit à un traitement très spécial… Explication :

Dans la soirée du 14 février 2011, et sans aucun avertissement préalable, les résidants d’un immeuble du DAMIER d’ANJOU et une habitante de la partie  INFRA (l’un des deux groupes d’immeubles visés par la volonté de vendre de LOGIS-TRANSPORTS) ont trouvé dans leurs boîtes à lettres une enveloppe, non cachetée et non timbrée, marquée du logo « Recensement », mentionnant « Mairie de. Recensement de la poulation » en caractère d’imprimerie, suivie de la mention manuscrite « à remettre au gardien avantle 16/02. Si problème, contacter M. S. au 06.xx.xx.xx.xx ». Cette enveloppe contenait des formulaires de recensement correspondant au nombre exact de personnes occupant l’appartement.

La procédure légale du recensement n’a pas été suivie :                                                   – aucune information préalable (affiche dans les halls d’immeubles),                        – aucun agent recenseur ne s’est présenté,                                                                              – aucun respect des dates de lancement (20 janvier) et de clôture (26 février),   – délai et remise des questionnaires  :  à peine 24 heures et « au gardien ».           Dans l’enveloppe non cachetée figurait : le nombre exact de feuillets par personnes occupant l’appartement. Laissant ainsi supposer une connaissance préalable du nombre de personnes vivant dans chacun des appartements…

Le 19 février, les personnes visées recevaient un courrier (daté 17 février 2011) à en-tête de la Mairie, portant la mention « Direction de l’Administration Générale Service Elections », signé de Mme Yolande DESHAYES, Conseillère Générale des Hauts-de-Seine (et 1ère adjointe au maire Politique et Habitat). Par ce courrier nominatif, la Mairie de Courbevoie s’étonnait vivement du non retour des questionnaires, rappelait aux personnes l’obligation de répondre au recensement en faisant appel à leur civisme, etc.

Stupéfaites, les personnes visées, déjà sous le joug de multiples pressions depuis des années, ont émis de gros doutes quant à la légitimité d’un tel « recensement ». Ces personnes ont donc décidé d’écrire à Mme DESHAYES et à M. KOSSOWSKI, Député-Maire de la Ville, afin de leur demander quelques explications. Leurs courriers sont restés lettres mortes.

Interpellé sur la question lors d’une petite réunion publique d’entre deux tours de cantonales, M. KOSSOWSKI ne s’en est pas vraiment ému et n’a apporté aucune réponse.

Recensement INSEE. Déroulement :