Archives du mot-clé Jacques Kossowski

« La Défense veut-elle en finir avec ses restaurateurs » L’Auvergnat 24.05.2012

*déjà évoqué dans d’autres articles (absence d’amiante).

 

Publicités

« On lancera les constructions même s’il y a des recours sur le permis » – Emin Iskenderov

ELLE EST BELLE LA FRANCE !!!

Le Parisien 07 mars 2012

12,000 €/m² : prix annoncé en 2008.

Les tours jumelles décrochent leur permis de construire 20…

http://www.leparisien.fr/courbevoie-92400/les-tours-jumelles-decrochent-leur-permis-de-construire-07-03-2012-1893287.php

Un Conseil Municipal sans surprise (20.12.2011)

En dépit de tous les graves, mais intéressants, points soulevés par les élus de l’opposition, la majorité du Conseil Municipal de la Ville de Courbevoie a voté « pour » l’autorisation de démolir visant le Damier d’Anjou dans une atmosphère glaciale et tendue. Alors que les précédents votes étaient à « bulletins secrets », le maire a sèchement refusé que celui-ci le soit aussi. Ce fut donc un vote à main levée, au résultat certes sans surprise, pendant lequel les « pour » se sont brusquement figés, respiration comprise, comme statufiés. Le malaise non dissimulé et la gêne de la majorité des élus faisaient presque peine à voir.                                                                                                              

Tout semble donc aller pour le mieux dans le meilleur des mondes, puisque des  permis sont délivrés sans sourciller, une enquête publique « favorable en tout point » est rendue, des autorisations sont accordées sans problème, etc.

Mais tout « semble » seulement… car, hormis le reste, ce vote municipal majoritaire va à l’encontre du bien et des intérêts des administrés et du patrimoine concerné.

Ceci étant, qu’importe ! Si cette autorisation accordée va également à l’encontre de l’interdiction de démolir prononcée par le TGI de Nanterre, ce vote ne l’efface en rien et n’a pas plus d’impact sur tous les autres recours déposés.

Sortis de ce CM, tenu pendant les vacances scolaires et à quelques jours de Noël, certains visages affichaient des mines consternées, d’autres affichaient des mines amusées par ce vote aussi insensé que prévisible.

Nouvelles tours de la Défense : ça coince. Le Moniteur.fr

Nouvelles tours de la Défense : ça coince

Alors qu’un jugement du tribunal de grande instance de Nanterre a interdit jeudi 13 octobre toute démolition dans le secteur de la Défense concerné par la construction des tours jumelles Hermitage Plaza, c’est maintenant la tour Phare qui est « menacée ». Le maire de Courbevoie a ainsi rompu les négociations avec le promoteur de la tour dessinée par Thom Mayne, Unibail-Rodamco.

Décidément, les habitants de la Défense, savent se défendre… Se sont successivement deux projets majeurs du plan de renouveau de la Défense, la Hermitage Plaza (tours jumelles imaginées par Norman Foster) et la tour Phare (Thom Mayne), qui se retrouvent suspendus par l’action de riverains ou d’élus mécontents.

Il y a d’abord eu ce petit camouflet pour le projet Hermitage Plaza : la 8e chambre du Tribunal de grande instance (TGI) de Nanterre a prononcé jeudi 13 octobre l’interdiction de démolitions prévues par le projet jusqu’à ce que les titulaires des permis de démolir aient obtenu l’accord de l’Association syndicale libre (ASL) Les Damiers-Courbevoie, qui rassemble des propriétaires et copropriétaires d’immeubles riverains. Même si l’affaire devrait se régler rapidement espère Hermitage ce nouveau recours ralentit un projet contesté depuis son origine.

Presque une semaine plus tard, c’est le maire UMP de Courbevoie, Jacques Kossowski, qui s’est emporté contre la société Unibail-Rodamco, promoteur du projet de tour Phare, gratte-ciel de 300 m qui pourra accueillir 8000 salariés attendu d’ici cinq ans.

Le projet nécessite la destruction de l’actuelle passerelle Carpeaux et  la création d’une nouvelle liaison. Or, « la présentation de la tour par le promoteur n’intègre pas les aménagements que la ville a demandés pour maintenir la liaison de plain-pied entre le Faubourg-de-l’Arche et l’esplanade de La Défense pendant la durée des travaux », a expliqué Jacques Kossowski au Parisien. Conséquence : le maire a rompu les négociations avec Unibail.

« Cette société doit comprendre que Courbevoie ne se laissera pas dicter sa conduite, a poursuivi le maire. La ville souhaite favoriser l’emploi sur La Défense, mais cette priorité doit aussi intégrer les attentes légitimes des habitants du Faubourg. »

De son côté, Unibail assure étudier avec l’Epadesa des solutions pour le maintien d’une liaison piétonne entre l’esplanade de La Défense et le Faubourg-de-l’Arche pendant la durée des travaux de la tour Phare. Olivier Bossard, directeur général d’Unibail-Rodamco Développement a précisé au Parisien que « le choix du tracé de cette liaison n’est pas fait à ce jour, et il ne saurait se faire sans dialogue avec les parties prenantes, au premier chef la ville de Courbevoie ».

Reste une interrogation : pourquoi tous ces points d’achoppement n’ont-ils pas été envisagés avant l’annonce du lancement de ces projets gigantesques ? 

Adrien Pouthier | Source LE MONITEUR.FR

http://www.lemoniteur.fr/133-amenagement/article/actualite/864033-nouvelles-tours-de-la-defense-ca-coince

Merci à Adrien Pouthier et au Moniteur.fr, seul média à (enfin!) poser la bonne et seule vraie question : « Pourquoi tous ces points d’achoppement n’ont-ils pas été envisagés avant l’annonce du lancement de ces projets gigantesques ? »                                                                                                                                   En effet, pourquoi n’y  a-t-il pas eu, bien en amont d’une quelconque annonce ou de quelconques prémices  de projets, des études de faisabilité de type juridique, basées sur les lois françaises d’ordre public par exemple ? …                                                            

Présentation de « La Défense : un quartier d’affaires…»

 « La Défense : un quartier d’affaires au cœur du pouvoir »

Ce reportage, suivi d’un débat, a été présenté le vendredi 6 mai (à l’Agora, Nanterre) en présence de son auteur, Mme Constanty, devant un parterre composé d’une soixantaine de personnes, dont beaucoup de Courbevoisiens.

Afin de réaliser ce reportage, Hélène Constanty, journaliste, et Eric Chebassier, réalisateur, ont enquêté durant plusieurs mois sur La Défense.

Les auteurs dévoilent ce quartier unique en France, l’appétit qu’il suscite auprès des investisseurs mais aussi le désintérêt marqué par certaines compagnies qui préfèrent s’installer ailleurs au sein d’un univers moins minéral, plus humain.

Plusieurs acteurs de La Défense ont été interviewés dont : Philippe Chaix, Directeur de l’EPADESA; Jacques Kossowsky, Député-Maire de Courbevoie et Vice-Président de l’EPAD ; Patrick Jarry, Maire de Nanterre et Vice-Président de l’EPAD ; Patrick Devedjian, Président des Hauts-de-Seine et de Defacto ; Christian Pellerin, ex promoteur de La Défense qui revient sur le devant de la scène ; Guillaume Poitrinal, président d’Unibail-Rodamco ; Jean-Marc Besson, Beacon Capital Partners (tour FIRST) ; Roland Castro, architecte urbaniste ; Gilles Soulié, Hermitage ; etc. Des salariés et habitants de La Défense s’expriment également. 

Le dernier reportage est consacré à La Défense 1 – où il est encore question de « logements sociaux » alors qu’il s’agit d’immeubles privés occupés, acquis en 2001 par un bailleur social en dépit des lois en vigueur… Après le débat, une fois de plus agacés par cette désinformation, divers habitants (propriétaires et locataires) du site ont pu expliquer la réalité et la singularité de la situation à l’auteur.

 Le reportage sera diffusé sur :                                                                                            Public Sénat le lundi 16 mai 2011 à 22h30.                                                                  France 3 IDF le samedi 28 mai 2011 à 15h25.