Archives du mot-clé Chaix

Philippe Chaix N°2 de l’EPAD

Bastaings et Bardages, modification des façades…

Depuis quelques jours, les façades inférieures du DAMIER d’ANJOU-INFRA (CH35) font l’objet d’un nouvel habillage. Etrange modification de l’aspect extérieur de la Résidence faite par fixation, à même les parements, de bastaings avant pose de bardages le long desquels court un long ruban rouge vif frappé du logo de La Défense Seine Arche (EPADESA) et des couleurs de la mairie de Courbevoie.                                                                                                                                     Quelle est la raison d’être de cette modification ? Aucune certitude sur le sujet…

Cependant, toute absence d’entretien et toute modification extérieure étant interdites (voir statuts de l’A.S.L.*), LOGIS-TRANSPORTS et la SNC LES LOCATAIRES ont reçu, par courriers d’avocat, demandes : a) d’explications quant au « curage-désamiantage » prévu, b) de suppression sous 48 heures des ouvrages modifiant l’aspect extérieur des façades… Courriers restés lettres mortes. Comme d’habitude, habitants, riverains et commerçants, sont tenus dans l’ignorance de ce qu’il se passe dans leur voisinage immédiat, voire même dans leur immeuble.                                                                                                                                               * Extrait : « (…) il est interdit à tout propriétaire ou ensemble de copropriétaires d’apporter des modifications à l’architecture ou à l’aspect extérieur des constructions composant ledit ensemble… , sans autorisation préalable donnée par l’assemblée générale de l’association syndicale. »

Officiellement :                                                                                                                                   Successeur « propriétaire »  d’AXA (Sté de droit privé), le donneur d’ordre est LOGIS-TRANSPORTS (Sté de droit social, filiale privée de la RATP, entreprise publique),                                                                                                                                 L’investisseur-promoteur est HERMITAGE (Sté de droit privé, maison-mère de la SNC LES LOCATAIRES (également de droit privé), et filiale de NAZVANIE, Sté de droit russe),                                                                                                             Partenaires actifs, EPADESA et Mairie de Courbevoie (de droit public). 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

E.D.O.

Publicités

Cadre de Ville…

La Déf. plan de relance 2 p.1 2011 02 08

La Déf. plan de relance 2 p.2 2011 02 08

Voici encore un article (Cadredeville.com du 08.02.2011) où l’on retrouve toujours et encore les mêmes types d' »erreurs »…

a)   » un immeuble occupant le site est vide, prêt à être démoli« .                                 La réalité : Aucun immeuble qui « occupe le site » n’est vide et n’est prêt à être démoli. Les « occupants », ou plus exactement, « les habitants légitimes » ont été ravis d’apprendre que leur existence était tout bonnement niée… Mais vu ce qu’ils ont déjà subi, ils ne comptent plus le nombre d’affronts.

b) « les deux autres voient le relogement des occupants suivre son cours« .           La réalité :  Les « occupants », ou plus exactement, les «habitants légitimes » des autres « groupes d’immeubles » sont harcelés pour abandonner leur domicile. C’est le «Dégage de là que je m’y mette !» dans toute sa splendeur !

Lire ce genre d’élucubrations n’est de toute façon pas (ou plus) étonnant car celles-ci sont devenues monnaie courante. La parole est toujours donnée aux mêmes, qu’importe la véracité ou l’exactitude de leurs propos. Le monde tourne à l’envers !

No more comment…

Lettre d’intention

Rien n’était officiel. Depuis le 19 juin 2010, ça l’est devenu !

Annoncé par Les Echos, le vendredi 18 juin 2010 (http://www.lesechos.fr/info/inter/020614566504.htm), puis en grande pompe ce samedi à Saint-Pétersbourg, la société HERMITAGE a signé une lettre d’intention avec l’EPAD afin de mener à bien son projet de tours jumelles à 2 milliards d’€. Un projet privé…

Pour rappel, ce projet :

– prendrait forme en lieu et place de la Résidence des Damiers sur les bords de Seine de Courbevoie ( !),

– se trame depuis belle lurette dans le dos de Français qui n’ont rien à se reprocher mais dont la vie n’est plus normale depuis un bon bout de temps,

– se ferait au mépris de toutes les lois et de toutes les valeurs Françaises.

Effrayant et inacceptable !

Les habitants (propriétaires et locataires) :

– quelques-uns feignent de ne pas se sentir concernés et imaginent pouvoir « négocier »,

– certains semblent « tomber de leur nid »,

– d’autres ont peur de l’avenir, et sont même terrorisés,

– d’autre encore tente de monter les habitants les uns contre les autres, de les diviser (histoire de),

– reste ceux qui, depuis bien longtemps, ont décidé de se battre, puisque « la France est un Etat de Droit » et que « les lois de la République Française s’appliquent à tous et pour tous, sur le territoire Français », et que l’on ne peut pas laisser faire n’importe quoi n’importe où.

Apparemment, la vie des gens, des citoyens, est loin d’être un souci pour ceux qui veulent éradiquer le site de ces habitants. Au profit de qui, de quoi ?

La vie des gens, des citoyens, doit être LA première des Priorités !

A divers titres, et depuis au moins 10 ans, les lois Françaises sont sans cesse piétinées dès qu’il s’agit des habitants de la Résidence des Damiers. Mais l’Union fait la Force ! Et heureusement, les Français sont encore debout !

 

Le 12 juin dernier, au cours de sa présentation des « projets de La Défense », à plusieurs reprises  M. CHAIX a évoqué les recours en justice qui ne manqueraient pas d’avoir lieu. De part et d’autre, la réponse fut : « Il y en a déjà et, effectivement, il y en aura d’autres !» puisqu’il ne peut en être autrement.

Nous voulons défendre nos droits. Nous aimons notre pays et nous voulons aussi défendre les valeurs de cet Etat de Droit qu’est la France, «Le Pays des Droits de l’Homme»…

Nous ne voulons en aucun cas être INFEODES à une quelconque puissance étrangère et nous refusons d’être traités comme des pions bêtes à bouffer du foin. Nous voulons faire respecter ce qui doit l’être.

Espérons que la Justice fasse son travail.

– Collectif d’auteurs.


Présentation des projets pour le Renouveau de La Défense

Samedi 12 juin 2010, 10:30

Présentation des projets pour le Renouveau de La Défense, présidée par M. CHAIX, directeur de l’EPAD, lui-même assisté de M. CATONNET son adjoint, et de Mme BORE (Communication EPAD).

Belle maquette de La Défense (parée des divers projets) installée dans une salle vitrée au rez-de-chaussée de la tour OPUS en ce samedi matin. Une trentaine de personnes à peine assistait à cette présentation.

Armé d’une baguette de bois, M. CHAIX a égrené les projets en commençant par les logements, tous situés sur le périmètre de Puteaux/Nanterre, remontant pour passer de l’autre côté de la Grande Arche, pour glisser doucement vers la couverture de la RD7, avant de remonter sur La Défense 1 en précisant que ce quartier était : « le plus mauvais de La Défense » (un site sans voiture, sur lequel dominent des immeubles de qualité avec terrasses, où vivent des familles calmes et pleins d’enfants, sans problème… est donc ce que l’on appelle aujourd’hui : « le plus mauvais quartier » ?)

De cette mirifique présentation de projets, est né le sentiment de vivre dans une France où l’argent coule à flot. Ca fait plaisir…

Cependant, certains points concernant l’ensemble des projets n’ont pas manqué de surprendre la majeure partie de l’assistance. Des doutes sur l’intégrité des commissaires-enquêteurs ont été évoqués.

Beaucoup de questions furent posées (Mme BORE orchestrant à merveille le « à chacun son tour ! ») mais les réponses apportées -de façon parfois rude et peu courtoise, et souvent de façon très évasive- ont laissé les esprits très dubitatifs.

A propos de certains chantiers/projets, M. CHAIX a soulevé que les problématiques pouvaient s’avérer fort complexes, voire extrêmement compliquées, et que forcément, les choses prendraient beaucoup de temps.

L’orateur de la séance ne manquant pas d’évoquer le fait que, bien sûr, il ne faisait aucun doute que des recours en justice seraient déposés et que les juges feraient leur travail en rendant leurs décisions.

En ce qui concerne La Défense 1 et la Résidence des Damiers en particulier : le projet Hermitage était bien entendu d’actualité (les deux imposantes tours noires masquant La Défense à l’ouest, Paris à l’est, et brisant la perspective de l’Axe Historique) en tête de maquette.

Il serait prévu des réunions de concertation avec les habitants vers la fin du 2eme semestre (!!!)…

Les habitants du site ont aussi appris que les « relogements » se passaient bien (la prochaine fois, il faudra penser à demander comment cela se passe quand « cela se passe mal »…), et que LOGIS-TRANSPORTS s’en occupait parfaitement…

 

Aux questions posées :

M. CHAIX n’a pas dû entendre l’un des présents qui évoquait que la partie pointée de la Résidence des Damiers faisait en réalité l’objet d’une promesse de vente scandaleuse, car il n’a pas répliqué. Cependant, il a fait un petit lapsus en parlant de « permis de démolir » au lieu de « demande de permis » mais il n’a soufflé mot sur le fait que ces immeubles faisaient avant tout l’objet d’une promesse de vente.

Il n’a pas apprécié qu’une personne évoque certains bruits selon lesquels La Défense 1 servirait de zone test pour d’autres opérations prévues ailleurs. Sans lui demander ce qu’elle entendait par « zone test », il a simplement répondu sur un ton énervé qu’il ne fallait pas faire état des « rumeurs »…

Une personne a demandé pourquoi l’EPAD (via DEFACTO) et la Ville n’entretenaient plus ce quartier depuis fort longtemps malgré les charges payées. Ne sachant pas trop quoi répondre M. CHAIX a répliqué : « Parce que… c’est la vie ! ».

La vindicte est cependant venue d’ailleurs. A la question posée : « De quel droit chassez-vous les gens de chez eux ? », un monsieur a vertement répondu « C’est la Loi ! » – « Eh bien non Monsieur, la loi dit tout le contraire. » Un autre a asséné « Ces gens doivent partir ! C’est comme ça ! » – « Eh bien non, ce n’est pas « comme ça ». Vous connaissez le dossier, les lois ? La preuve que non. »

 

M. CHAIX a clos le débat déclarant que de toute façon les recours en justice ne manqueraient pas, et que LOGIS-TRANSPORTS ne pourrait pas faire des demandes de report toute sa vie.

12 :40 : fin de la présentation.