Archives du mot-clé Association Village

« A La Défense, fronde contre la folie des grandes hauteurs » Bastamag! 26 06 2012

Encore quelques petites erreurs (la Résidence des Damiers n’est pas du logement « modeste » mais une résidence privée, en partie rachetée par un bailleur social à l’insu des occupants eux-mêmes titulaires de baux privés avec loyers correspondants… (là est d’ailleurs le fond du dossier). Par ailleurs, VIVRE A LA DEFENSE n’a jamais été sommée de payer 600 000 € à ses adversaires. En revanche, l’Association est bien traînée en justice par le groupe Hermitage qui lui réclame 8 000 000.00€ en dommages-intérêts en tentant de faire reconnaître « abusif » le recours déposé (nullité de la vente de 2001) – affaire au fond que nos adversaires paraissent tellement redouter que tout est mis œuvre pour faire juger irrecevable l’action de l’Association…), mais l’ensemble de l’article est juste.

A La Défense, fronde contre la folie… – 2012 06 26

Publicités

« Fronde contre les constructions futures » – Le Parisien

« Hier à Neuilly, sous la houlette d’Environnement 92, plusieurs associations de Courbevoie, Puteaux, Nanterre et Neuilly (…) ».                                            Effectivement, plusieurs associations se sont exprimées hier tour à tour (sans jeu de mots) : NPSE,  VILLAGE, ACRI-LIBERTE, VIVRE A LA  DEFENSE, ENVIRONNEMENT92…                                                                                       nb:  curieusement, VIVRE A LA DEFENSE a été oubliée dans la rédaction de cet article (cf. vs le seul projet qui met en péril la vie des gens et leurs droits les plus fondamentaux). Cet oubli n’a cependant pas manqué d’être remarqué par un grand nombre.

Fronde contre les constructions futures 2012 04 05

Nouvelles tours de la Défense : ça coince. Le Moniteur.fr

Nouvelles tours de la Défense : ça coince

Alors qu’un jugement du tribunal de grande instance de Nanterre a interdit jeudi 13 octobre toute démolition dans le secteur de la Défense concerné par la construction des tours jumelles Hermitage Plaza, c’est maintenant la tour Phare qui est « menacée ». Le maire de Courbevoie a ainsi rompu les négociations avec le promoteur de la tour dessinée par Thom Mayne, Unibail-Rodamco.

Décidément, les habitants de la Défense, savent se défendre… Se sont successivement deux projets majeurs du plan de renouveau de la Défense, la Hermitage Plaza (tours jumelles imaginées par Norman Foster) et la tour Phare (Thom Mayne), qui se retrouvent suspendus par l’action de riverains ou d’élus mécontents.

Il y a d’abord eu ce petit camouflet pour le projet Hermitage Plaza : la 8e chambre du Tribunal de grande instance (TGI) de Nanterre a prononcé jeudi 13 octobre l’interdiction de démolitions prévues par le projet jusqu’à ce que les titulaires des permis de démolir aient obtenu l’accord de l’Association syndicale libre (ASL) Les Damiers-Courbevoie, qui rassemble des propriétaires et copropriétaires d’immeubles riverains. Même si l’affaire devrait se régler rapidement espère Hermitage ce nouveau recours ralentit un projet contesté depuis son origine.

Presque une semaine plus tard, c’est le maire UMP de Courbevoie, Jacques Kossowski, qui s’est emporté contre la société Unibail-Rodamco, promoteur du projet de tour Phare, gratte-ciel de 300 m qui pourra accueillir 8000 salariés attendu d’ici cinq ans.

Le projet nécessite la destruction de l’actuelle passerelle Carpeaux et  la création d’une nouvelle liaison. Or, « la présentation de la tour par le promoteur n’intègre pas les aménagements que la ville a demandés pour maintenir la liaison de plain-pied entre le Faubourg-de-l’Arche et l’esplanade de La Défense pendant la durée des travaux », a expliqué Jacques Kossowski au Parisien. Conséquence : le maire a rompu les négociations avec Unibail.

« Cette société doit comprendre que Courbevoie ne se laissera pas dicter sa conduite, a poursuivi le maire. La ville souhaite favoriser l’emploi sur La Défense, mais cette priorité doit aussi intégrer les attentes légitimes des habitants du Faubourg. »

De son côté, Unibail assure étudier avec l’Epadesa des solutions pour le maintien d’une liaison piétonne entre l’esplanade de La Défense et le Faubourg-de-l’Arche pendant la durée des travaux de la tour Phare. Olivier Bossard, directeur général d’Unibail-Rodamco Développement a précisé au Parisien que « le choix du tracé de cette liaison n’est pas fait à ce jour, et il ne saurait se faire sans dialogue avec les parties prenantes, au premier chef la ville de Courbevoie ».

Reste une interrogation : pourquoi tous ces points d’achoppement n’ont-ils pas été envisagés avant l’annonce du lancement de ces projets gigantesques ? 

Adrien Pouthier | Source LE MONITEUR.FR

http://www.lemoniteur.fr/133-amenagement/article/actualite/864033-nouvelles-tours-de-la-defense-ca-coince

Merci à Adrien Pouthier et au Moniteur.fr, seul média à (enfin!) poser la bonne et seule vraie question : « Pourquoi tous ces points d’achoppement n’ont-ils pas été envisagés avant l’annonce du lancement de ces projets gigantesques ? »                                                                                                                                   En effet, pourquoi n’y  a-t-il pas eu, bien en amont d’une quelconque annonce ou de quelconques prémices  de projets, des études de faisabilité de type juridique, basées sur les lois françaises d’ordre public par exemple ? …