Archives pour la catégorie Travaux

E. ISKENDEROV interviewé par Property Investor Europe (PIE) 09.12.2012

Cette interview publiée en anglais en a laissé plus d’un pantois…                             Cela se passe de commentaire…

PARIS HERMITAGE devrait conclure un financement bancaire de €1.2 Mds au premier trimestre 2013 p.1PARIS HERMITAGE devrait conclure un financement bancaire de €1.2 Mds au premier trimestre 2013 p.2 (1)

ICI, la V.O. PARIS HERMITAGE to sign in 1Q13 for €1.2bn bank finance 2012 12 09

Publicités

Extension des bardages

Les bardages s’étendent chaque jour un peu plus… Jusqu’où (jusqu’à quand) cela ira-t-il ? Pour le moment, la question reste entière…                                                   Ceci étant, les parties Est et Sud, basses et niveau Dalle, de la Résidence des DAMIERS sont désormais cernées ! Depuis la Dalle, ces murs de tôle (dont l’utilité réelle reste une inconnue), de 2.20 m de haut, empêchent toute visibilité sur la Seine, Neuilly et Paris.                                                                                                                                                       Si la situation est problèmatique, les résidants du DAMIER d’ANJOU-INFRA font à présent face à ce mur de tôle en sortant de chez eux, et la clientèle de l’un des restaurants du secteur est désormais privée de la si jolie vue, de source de lumière et ne peut plus profiter de la belle terrasse.                           Aucun panneau indicateur ne vient par ailleurs informer le public des raisons de ce bardage. Mais, selon l’EPADESA, le donneur d’ordre est la société HERMITAGE qui, contrairement aux affirmations de l’Etablissement public, n’est pas propriétaire.                                                                                                                      Si tout ceci peut prêter à sourire (jaune, bien sûr), les résidants du DAMIER d’ANJOU-INFRA n’ont pas manqué de relever une énième pointe de cynisme lorsqu’ils se sont aperçus que les outils servant à fixer ces bardages étaient branchés sur le secteur des parties communes de leur immeuble dont ils paient les charges !!!…  – E.D.O.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Travaux sous le porche du DAMIER de BRETAGNE

Comme pour la Place des Saisons, des travaux ont démarré sous le porche du DAMIER de BRETAGNE sans que les habitants, commerçants et usagers en connaissent la raison. Selon les ouvriers prestataires, il s’agirait de travaux qui permettraient le branchement des caméras de surveillance de DEFACTO – caméras depuis longtemps présentes sur le site. Le panneau « Info Chantier » fixé sur une barrière annonce, quant à lui, un remplacement de garde-corps (!) dont le chantier commencera le 25 août (!)  

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Bastaings et Bardages, modification des façades…

Depuis quelques jours, les façades inférieures du DAMIER d’ANJOU-INFRA (CH35) font l’objet d’un nouvel habillage. Etrange modification de l’aspect extérieur de la Résidence faite par fixation, à même les parements, de bastaings avant pose de bardages le long desquels court un long ruban rouge vif frappé du logo de La Défense Seine Arche (EPADESA) et des couleurs de la mairie de Courbevoie.                                                                                                                                     Quelle est la raison d’être de cette modification ? Aucune certitude sur le sujet…

Cependant, toute absence d’entretien et toute modification extérieure étant interdites (voir statuts de l’A.S.L.*), LOGIS-TRANSPORTS et la SNC LES LOCATAIRES ont reçu, par courriers d’avocat, demandes : a) d’explications quant au « curage-désamiantage » prévu, b) de suppression sous 48 heures des ouvrages modifiant l’aspect extérieur des façades… Courriers restés lettres mortes. Comme d’habitude, habitants, riverains et commerçants, sont tenus dans l’ignorance de ce qu’il se passe dans leur voisinage immédiat, voire même dans leur immeuble.                                                                                                                                               * Extrait : « (…) il est interdit à tout propriétaire ou ensemble de copropriétaires d’apporter des modifications à l’architecture ou à l’aspect extérieur des constructions composant ledit ensemble… , sans autorisation préalable donnée par l’assemblée générale de l’association syndicale. »

Officiellement :                                                                                                                                   Successeur « propriétaire »  d’AXA (Sté de droit privé), le donneur d’ordre est LOGIS-TRANSPORTS (Sté de droit social, filiale privée de la RATP, entreprise publique),                                                                                                                                 L’investisseur-promoteur est HERMITAGE (Sté de droit privé, maison-mère de la SNC LES LOCATAIRES (également de droit privé), et filiale de NAZVANIE, Sté de droit russe),                                                                                                             Partenaires actifs, EPADESA et Mairie de Courbevoie (de droit public). 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

E.D.O.

Note signée HERMITAGE, LOGIS-TRANSPORTS et EPADESA

Si la journée du 15 mars s’est plutôt déroulée dans le calme, c’est au matin du 16 que tous les habitants de La Défense 1 (Les Saisons) ont trouvé une note dans leur boîte à lettres. Cette note non datée fait référence au projet Hermitage, mentionnant trois des principaux acteurs du dit projet :  

– le Groupe HERMITAGE (promoteur privé étranger),                                                   – la société LOGIS-TRANSPORTS (organisme social, filiale privée de la RATP, entreprise publique),                                                                                                                          –   l’EPADESA (établissement public).

Absence de toute date, et étonnante connexion des secteurs (de droit privé, de droit social, de droit public) : un organisme social (LOGIS-TRANSPORTS) filiale privée d’une entreprise publique (RATP) se plie à la demande d’un promoteur privé (HERMITAGE) avec la bénédiction d’un aménageur, établissement public (EPADESA), pour un projet privé (qui vise l’emplacement d’une résidence de droit privé occupée, mais acquise -et gérée telle quelle- par un organisme de droit social en 2001) – projet dont la réalisation reste incertaine, notamment en raison de sa dépendance à la réalisation de la couverture RD7, projet public. Juriste ou pas, il y a de quoi y perdre son latin.

Quelques heures plus tard, les passants sont restés perplexes devant la pose de bardages sur une partie de la façade intermédiaire du Damier d’Anjou-Infra (CH35) – ou, façade supérieure de la partie en infrastructure communément appelée Infra. D’avis de professionnels, ces bardages n’ont rien à voir avec des protections « désamiantage ». D’autant plus que, selon documents officiels, il n’y a pas d’amiante dans les immeubles de la Résidence des DAMIERS.

Face à l’absence d’amiante, et à l’interdiction de démolir ou faire démolir tout ou partie des biens immeubles, constitués de lots de volume situés dans le périmètre de l’ASL (le curage étant implicitement inclus dans cette interdiction prononcée par le TGI de Nanterre), il serait au préalable intéressant que LOGIS-TRANSPORTS fournisse aux intéressés directement visés les éléments de diagnostic relatifs à la présence d’amiante et la méthodologie d’intervention des travaux (phasage, planning, etc.) obligatoire et à minima nécessaire avant même tout début de « travaux »… Mais aussi, les plans de l’infrastructure et des équipements communs du CH35 indiquant les portions à « détruire » par curage.  Résidants, association, ASL, Syndics, commerçants et sociétés implantées sur le site, pourraient ainsi voir de quoi il retourne et prendre les mesures nécessaires le cas échéant.                                                                                                                                                La Défense 1 n’est pas un désert de sable inhabité au sein duquel aucune règle n’est bonne à respecter. Non, la Résidence des DAMIERS se trouve en France, Etat de droit, dans un quartier plutôt animé situé à 10 mns à peine de Paris intra-muros.

Quant au bardage, qui modifie la façade d’évidente manière alors que les statuts de l’ASL l’interdisent (sans autorisation donnée en Assemblée Générale), peut-être connaîtra-t-on son utilité la semaine prochaine…  même si l’on en a déjà une vague idée.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Difficile d’obtenir copie des permis de construire…

Beaucoup tentent d’obtenir copie des trois PC du projet HERMITAGE, curieusement signés le 06 mars 2012 par M. Kossowski, maire de Courbevoie (cf. voir dispositions légales indiquant la compétence exclusive du Préfet, seul habilité à signer ce type de documents dans un périmètre d’OIN). Mais que de difficultés rencontrées pour obtenir les dits PC, qui seraient en outre modificatifs…

Le mercredi 7 mars, plusieurs personnes se sont pressées à la mairie de Courbevoie afin d’obtenir copies de ces documents publics. Sur place, ils apprennent que seuls les arrêtés sont pour l’instant disponibles contre la modique somme de 2.25 €. Mais il en va tout autrement pour les PC eux-mêmes…

Trop importants pour être communiqués dans leur version papier, ceux-ci sont numérisés et seront disponibles sur CD-R. Leur numérisation a commencé le jour même, 7 mars, et, selon le service permis de construire de la mairie, une personne y consacre tout son temps – avant d’ajouter que, pour en obtenir copie, chacun doit en faire demande écrite au maire. Pas de demande écrite = pas de copie ! Afin de ne pas perdre de temps, cette requête fut faite sur place –copie avec tampon requise par les demandeurs avant de quitter les lieux.

Le 12 mars, par téléphone, une personne s’est inquiétée auprès de la mairie de la lenteur prise par la mise à disposition de la copie des PC. Il lui fut répondu que les CD-R seront probablement près à la fin de la semaine – donc, au mieux, le 16 mars… Voici qui pose un problème de taille !

En effet, l’affichage sur site détermine le point de départ du délai de recours des tiers, d’une durée de 2 mois. Selon témoins, ces panneaux ont été posés le 8 mars 2012. Les délais courent donc jusqu’au 8 mai (un mardi, jour férié). Logiquement, copie de ces PC aurait dû être disponible le jour même de l’affichage puisque celui-ci marque le compte à rebours du délai imparti aux possibilités de recours.

Ceux qui souhaitent déposer des recours contre ces PC ne pourront donc en communiquer copie à leur(s) Conseil(s) que le lundi 19 mars, au mieux – soit, 11 jours après le début officiel du compte à rebours. De plus, grevés des vacances de Pâques (du 14 au 29 avril), et de trois jours fériés (lundi de Pâques, 1er mai et 8 mai), ces PC -qui ont demandé plus de quinze mois d’instruction- « bénéficieront » décidément d’un temps très court pour être étudiés. Adieu les deux mois ! Chacun appréciera…

En dehors des copies demandées, ces permis de construire sont consultables en mairie de Courbevoie.

PC : les permis de construire et les dossiers de demande qui s’y rapportent sont des documents administratifs communicables à toute personne qui en fait la demande en application de l’article 2 de la loi du 17 juillet 1978, dès lors que l’administration a statué sur la demande.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 On apprécie le : « Chantier interdit au public »… visant un quartier habité. Chantier qui en outre ne pourra avoir lieu que si la « Couverture de la RD7 », financée par l’EPADESA, est adoptée (2013) et qu’à l’épuration de tous les recours (en admettant que ceux-ci soient gagnés). Pour l’instant, c’est « Interdiction de démolir ».

Réaction d’une internaute (à propos du CH35)

« Margot  Envoyé le 11/03/2012 à 11:52

Voilà enfin une présentation limpide décrivant la Résidence des Damiers, construite par UAP entre 1974 et 1976.

En effet, de Neuilly, on peut voir qu’il y a 4 grands immeubles de hauteur croissante, respectant ainsi la perspective de La Défense vue de la Seine, l’Axe Royal (ou Axe Historique).
Si on compte les étages, à partir de la dalle et en partant du fond : deux des immeubles comportent 22 et 17 étages (respectivement, Damier de Dauphiné et Damier de Champagne). Toujours à partir de la dalle, les deux autres, plus près de la Seine, en comptent 12 (Damier de Bretagne) et, 12 encore (Damier d’Anjou-Infra) dont 4, pour celui-ci, en dessous de la dalle, qui SONT et FORMENT les fondations du Damier Anjou-Infra (l’immeuble CH35).
Voilà ce qu’il fallait démontrer. »

Une phrase qui laisse songeur…

Le Figaro (AFP 06.03.2012)

« Le PDG du Groupe Hermitage Emin Iskenderov a affirmé à l’AFP qu’il comptait lancer le 15 mars « des travaux préparatifs de construction », avec le désamiantage de l’immeuble Damier Infra à Courbevoie (Hauts-de-Seine) – sur l’emprise duquel se trouveront les tours jumelles – une opération rendue possible par le départ vendredi de la dernière locataire des lieux ». http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2012/03/06/97002-20120306FILWWW00525-permis-de-construire-accorde-a-la-defense.php

« une opération rendue possible par le départ vendredi de la dernière locataire des lieux. »… Voici une phrase qui laisse songeur mais qui ne paraît pourtant pas être une coquille puisque maintes et maintes fois reprises par bon nombre de media… Pourquoi ? La réponse est simple. Explication :

La Résidence des DAMIERS est composée de quatre groupes d’immeubles :

–  Le Damier de DAUPHINE (juridiquement* dénommé « CH32 »),

–  Le Damier de CHAMPAGNE (juridiquement* dénommé « CH33 »),

–  Le Damier de BRETAGNE (juridiquement* dénommé « CH34 »),

–  Le Damier d’ANJOU-INFRA (juridiquement* dénommé « CH35 »),

* documents d’origine, actes notariés, statuts de l’ASL, …

Le Damier d’ANJOU-INFRA est en fait un seul et même immeuble – « Infra » est la structure inférieure (l’infrastructure) du CH35.  Cet immeuble, qui n’appartient pas au Groupe Hermitage, est donc loin d’être « vide » puisque trente-huit personnes environ y demeurent. D’autres éléments encore font que des travaux de « désamiantage » et/ou autre(s) ne peuvent être réalisés.