Archives pour la catégorie Non classé

Pause Culturelle et curiosité architecturale

1971 Chateau d'eau de PHILOLAOS et GOMIS 1971LABEL PATRIMOINE DU XXème SIÈCLE EN RHÔNE-ALPES

Architecte : André GOMIS
Sculpteur : Tloupas PHILOLAOS
3ème quart du 20ème siècle – 1963
Réalisation : 1969 à 1971
Lieu : VALENCE (DRÔME, 26)
Récompense : 1981, prix du « quartier de l’horloge » qui récompense la meilleure réalisation d’art urbain des années 1970 en France.

Le château d’eau de Valence est en réalité un double château d’eau composé de deux tours : une de cinquante-deux mètres de haut et une deuxième, haute de cinquante-sept mètres.

Timbre à son  effigie Château d'eau TimbreA lire Double chateau d’eau Philolaos et Gomis

Communiqué de Presse

C’est sans surprise que l’association VIVRE A LA DEFENSE a été informée le 23 juin 2015 du rejet de sa requête contre les trois permis de construire du groupe HERMITAGE.

Contrairement aux assertions du représentant du groupe HERMITAGE, qui laisse une fois de plus entendre que les jeux seraient faits, ce rejet de recours contre des permis de construire n’est pas synonyme de « feu vert » à la construction. Loin de là.

Indépendamment des autres recours déjà formés, et toujours en cours, l’association VIVRE A LA DEFENSE rappelle que le jugement du 19 juin 2015 ne présente aucun caractère définitif puisque un appel va être formé.

L’association VIVRE A LA DEFENSE rappelle également qu’aucun de ces recours, pas plus celui-ci qu’un autre, n’a été jugé abusif contrairement à ce que l’on a maintes fois pu lire dans la presse.
A ce propos, nous rappelons que la société HERMITAGE a assigné l’Association avec demande de dommages-intérêts à hauteur de 8,000,000.00 € pour recours abusifs… des recours qui n’ont jamais été jugés abusifs !
Rappelons également que les résidants visés par le projet HERMITAGE n’ont aucun lien juridique avec cette société. En revanche, ce qu’ils vivent au quotidien depuis plusieurs années est un cauchemar.

L’association VIVRE A LA DEFENSE n’en a pas terminé. Son combat a commencé début 2003 après avoir constaté que trois groupes d’immeubles privés, exclusivement occupés par des personnes titulaires de baux privés secteur marché libre (loi 1989), avaient été cédés à leur insu à un bailleur social (organisme soumis à la loi 1948 avec la stricte obligation de répondre à son objet social juridiquement et légalement encadré) : LOGIS-TRANSPORTS.

Certes l’Association ne bénéficie d’aucun « soutien politique et économique », mais elle continuera son combat jusqu’à ce que les lois d’ordre public, notamment, soient respectées et appliquées dans un Etat de Droit.
Elle a par ailleurs suffisamment de sagesse pour savoir qu’il ne sert à rien de crier « Victoire ! » tant que la partie n’est pas finie.

Le 24 juin 2015

pdf CP VALD 24 06 2015

« L’avenir des tours Hermitage à la Défense en suspens », Le Figaro du 02 mars 2013

Article plutôt bien vu, quoi que bien incomplet (aucune référence n’est faite quant à l’un des principaux acteurs ; actions menées ; …), et erroné (« trois immeubles « HLM »  » qui ne sont pas des HLM ; « relogement » ; …). 

Des copropriétaires, membres ou pas de l’association, nous ont fait part de leur étonnement, voire de leur indignation, quant aux propos tenus par « un propriétaire » : « L’indemnisation de 7 millions que nous propose M. Iskenderov nous convient, explique un des copropriétaires. Mais il faudra quelques mois pour faire ratifier ce protocole d’accord par nos assemblées générales, puis retirer nos plaintes devant la justice. « , puisque selon les uns et/ou les autres : a) il n’est pas question de « 7 millions » ; b) jamais ils n’ont dit que ça leur « convenait » ; c) ils ne savent pas de quoi est fait ce « protocole » ; d) ils ne souhaitent pas retirer les plaintes en justice ; e) ils ne souhaitent pas mettre leurs voisins immédiats plus en danger encore qu’ils ne le sont déjà. Ils aimeraient également savoir qui est ledit propriétaire qui se permet de parler au nom des 440 et quelques autres sans que ces derniers n’aient été consultés.                                                                                                               

Quant à la vue d’artiste de l’implantation des tours, il s’agit réellement d’une vue d’artiste puisque la RD7 apparaît couverte, alors que la Couverture de la RD7 (« condition sine qua non à la réalisation du projet Hermitage Plaza », répétaient à satiété les instances publiques) est un projet abandonné depuis déjà plusieurs mois. Ici, image de la maquette « officielle » empruntée au site de l’EPADESA : Maquette EPADESA Fevrier 2013                                                                                             Arthus

L'avenir des tours Hermitage à La Défense en suspend 2013 03 02

Et ici en pdf : L’avenir des tours Hermitage à La Défense en suspend 2013 03 02

Le site de l’Association n’a pas été « abandonné ».

A écouter, ou à lire, certains, le site aurait été abandonné.

C’est faux. Il a juste fait l’objet d’un stand-by pour cause de concentration et de travail par ailleurs.

Une surprise ! Alors que le site a vécu un temps de repos certain, les visites n’ont quant à elles pas cessé. Loin de là…

L’Association remercie tous les visiteurs, ami(e)s ou pas, qui n’ont eu de cesse de le consulter pendant ces quelques mois.