« Les tours de la discorde » – France Info (24.11.2011)

Tours de la discorde a la Defense 2011 11 24

Nouvel article sur l’affaire des Damiers paru le 24 novembre 2011 sur le site de France Info (lire ci-après).

Le professionnalisme d’Anne LAMOTTE, journaliste, et son intérêt pour cette affaire sont incontestables. Cependant, comme cela lui a été communiqué, les résidants et autres riverains du quartier de La Défense (Courbevoie, Nanterre, etc.), lecteurs de l’article en question, regrettent fortement que ce site renvoie à une association qui a disparu des lieux il y a plusieurs mois déjà, et qu’il n’établisse aucun lien avec le site de notre association, VIVRE A LA DEFENSE – association constituée, représentative et reconnue -, qui se bat au quotidien depuis des années (2002 /2003) avec tout moyen à disposition pour faire respecter la loi. Mais sans doute ne s’agit-il que d’un malheureux oubli.

D’autre part, il est bon de préciser, encore une fois, qu’aucun des trois immeubles mentionnés dans cet article n’a été vendu, que ce soit à la société HERMITAGE, à l’une de ses filiales ou à qui que ce soit d’autre.

Bien sûr, un article dépendant d’une publication ne peut excéder un certain nombre de signes et ne peut donc développer tous les points même importants. Mais un site, un blog, n’est pas contraint à ce type d’exigence. Ce qui nous amène donc à préciser certains éléments.

Il est dommage que soit pointée du doigt Mme B.B., une femme de courage qui n’a jamais accepté ni réclamé 1 centime*, et que son avocat, pourtant longuement interviewé, ne soit pas cité alors que celui de LOGIS-TRANSPORTS exprime ce qu’il veut.

* posts du 19 avril 2010 « Proposition indécente », et  du 06 mai 2010 « Exit M.Y. » + courrier du 14 juin 2011 Lettre Menant 14 06 2011 ss ad

Certes d’autres procédures judiciaires sont actuellement en cours, notamment celle contestant le titre de propriété de LOGIS-TRANSPORTS devant le TGI de Paris*, et l’assignation déposée par les copropriétés voisines au TGI de Nanterre, toutes deux passées sous silence. Car par délibéré, le TGI de Nanterre a prononcé « l’interdiction de démolir ou de faire démolir » avec « astreinte de 500 000€ par infraction constatée » – décision rendue le 13 octobre 2011**, dont copie a été communiquée. 

* le recours n’a pas été jugé abusif mais, déboutée sur la forme à la demande de ses adversaires, VIVRE A LA DEFENSE a formé appel le 09 septembre 2011.    ** post du 15 octobre 2011 Délibéré TGI NANTERRE 13 10 2011 (appel de la société HERMITAGE et de sa filiale, nommée SNC LES LOCATAIRES, a depuis peu été formé).

Ce n’est donc certainement pas la présence de Mme B.B. qui empêche une quelconque démolition ! Présence ou pas, aucune démolition ne peut de toute façon avoir lieu !

D’autre part, les sociétés LOGIS-TRANSPORTS et H.E.R (Habitat Etudes et Recherches, Sté mandatée) n’ont jamais « relogé 183 personnes ». Quant à la société HERMITAGE, elle est étrangère aux délogements comme aux habitants.

Comme cela a déjà été souligné à plusieurs reprises : depuis 2008, un grand nombre de déménagements sont dus au « cours de la vie » et donc à la seule initiative des personnes (mutations professionnelles, départs pour l’étranger (Australie, Chine et autres), aléas de la vie de famille, achats immobilier, …).

D’autres encore sont parties d’elles-mêmes, découragées par le rapport de forces et l’effarante communication du projet HERMITAGE PLAZA par le promoteur et autre(s) partie(s) prenante(s).                                                                                        Nous sommes donc très loin des « 183 relogés » évoqués. D’ailleurs, y a-t-il réellement «183» appartements vacants, et donc détruits à coup de masse ?… Ou s’agit-il de «183 personnes délogées» ?…

Et surtout, l’on ne saurait éluder les +/-80 familles présentes dans les lieux, dont celles qui  continuent de croire en la justice de leur pays et qui se battent, très légitimement, pour voir appliquer les droits que la loi leur reconnaît !

En outre, et bien que les résidants visés ne l’aient jamais rencontré, M. ISKENDEROV croit pouvoir ironiser par l’élégant : « Dans toute grande chose, il y a toujours des gens qui essaient de – excusez moi du terme – foutre la merde. Il faut composer avec ».

Ne lui en déplaise, ces Français ne « foutent pas la merde » pour reprendre l’élégant terme. Ils veulent simplement que les lois françaises soient respectées et appliquées. Dans notre Etat de droit, serait-ce répréhensible ?

Mme B.B. et les autres résidants visés sont des « victimes non passives », en aucun cas des « fouteurs de merde » !

Enfin, ces résidants ne comprennent pas la hargne de M. ISKENDEROV à leur encontre puisque le projet HERMITAGE n’est, pour eux, qu’un épiphénomène, qu’une conséquence, qui n’est pas l’objet de leur combat premier.

Leur problème est bien plus ancien et remonte aux débuts des années 2000 lorsqu’ils ont appris que la société AXA (société privée) avait cédé les DAMIERS d’ANJOU-INFRA et de BRETAGNE (à l’insu de personnes toutes détentrices de baux privés marché libre, loi 1989) à une société LOGIS-TRANSPORTS (organisme social – loi 1948).

Le combat a donc commencé bien avant la création de la société HERMITAGE en France et, par conséquent, bien avant la naissance de ce projet.

Il serait donc temps que la presse en général cesse d’opposer les habitants et riverains de la Résidence des DAMIERS à la société HERMITAGE pour s’intéresser davantage à l’origine du problème. Car là est le véritable objet de la discorde !

Publicités

2 réflexions sur « « Les tours de la discorde » – France Info (24.11.2011) »

  1. Un oubli de taille dans les « relogements » : le « propriétaire », Logis Transports qui est filiale de la RATP, a pour vocation première de loger le personnel de la RATP…
    Donc, depuis l’achat de ces immeubles en 2001, Logis Transports a logé 4 ou 5 « RATP » mais aussi quelques fonctionnaires de la préfecture et peut-être de la mairie (et du 1% patronal). Tous étaient liés d’une manière particulière (convention) à leur logement par leur contrat de travail.
    Logis Transports a ainsi pu d’autorité, avec l’aide discrète mais néanmoins efficace de son actionnaire principal, « obliger » ses locataires à déménager et à intégrer d’autres appartements quitte à faire des « promotions » de surface ou de loyers !
    Et ces gens représentent un certain pourcentage dans les pseudo « 183 relogés ».
    Faire son auto-promotion comme le fait Logis Transport en masquant la vérité ou en mentant sciemment est une règle de management bien singulière pour une prétendue « Entreprise Sociale pour l’Habitat » (sic).

  2. Au fait : une autre mise au point !
    Hormis un petit immeuble (et encore!) d’une quarantaine d’appartements, aucun des deux autres immeubles n’est « hlm » et la majorité de la centaine de locataires restant sont issus de la période où le propriétaire était l’UAP-AXA qui avait construit cette résidence, de grand standing à l’époque, pour y loger ses propres cadres !
    Le bâtiment principal de l’UAP était, et est toujours, mais rénovée et renommée Tour First, à moins de 40 mètres de ces immeubles d’habitation!…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s