Le coup du recensement

En 2011, comme chaque année, un recensement partiel a été effectué sur 8% de la population française. Bénéficiant d’un cadre légal strict, le recensement a été lancé cette année le 20 janvier. Selon les dispositions légales, toute personne recensée doit en être avertie au préalable par une affiche apposée dans les halls d’immeubles avisant de la visite prochaine d’un agent recenseur, devant être muni d’une carte tricolore, avec photographie, signée par le maire. Lors de sa visite à domicile, l’agent recenseur doit remettre une « feuille de logement » à son interlocuteur et un nombre de bulletin(s) correspondant au nombre de personnes occupant le logement. Puis, soit l’agent vient, sur rendez-vous, récupérer les questionnaires, soit le recensé peut les retourner directement à la direction régionale de l’INSEE ou à la mairie. Date de clôture du recensement : le 26 février 2011 (pour les villes de plus de 10,000 habitants, cas de la Ville de Courbevoie (92400)).

Voici comment le recensement de la population est réalisé partout en France. Partout ? Non, pas sur une petite partie de la Résidence des DAMIERS (Courbevoie) qui a eu droit à un traitement très spécial… Explication :

Dans la soirée du 14 février 2011, et sans aucun avertissement préalable, les résidants d’un immeuble du DAMIER d’ANJOU et une habitante de la partie  INFRA (l’un des deux groupes d’immeubles visés par la volonté de vendre de LOGIS-TRANSPORTS) ont trouvé dans leurs boîtes à lettres une enveloppe, non cachetée et non timbrée, marquée du logo « Recensement », mentionnant « Mairie de. Recensement de la poulation » en caractère d’imprimerie, suivie de la mention manuscrite « à remettre au gardien avantle 16/02. Si problème, contacter M. S. au 06.xx.xx.xx.xx ». Cette enveloppe contenait des formulaires de recensement correspondant au nombre exact de personnes occupant l’appartement.

La procédure légale du recensement n’a pas été suivie :                                                   – aucune information préalable (affiche dans les halls d’immeubles),                        – aucun agent recenseur ne s’est présenté,                                                                              – aucun respect des dates de lancement (20 janvier) et de clôture (26 février),   – délai et remise des questionnaires  :  à peine 24 heures et « au gardien ».           Dans l’enveloppe non cachetée figurait : le nombre exact de feuillets par personnes occupant l’appartement. Laissant ainsi supposer une connaissance préalable du nombre de personnes vivant dans chacun des appartements…

Le 19 février, les personnes visées recevaient un courrier (daté 17 février 2011) à en-tête de la Mairie, portant la mention « Direction de l’Administration Générale Service Elections », signé de Mme Yolande DESHAYES, Conseillère Générale des Hauts-de-Seine (et 1ère adjointe au maire Politique et Habitat). Par ce courrier nominatif, la Mairie de Courbevoie s’étonnait vivement du non retour des questionnaires, rappelait aux personnes l’obligation de répondre au recensement en faisant appel à leur civisme, etc.

Stupéfaites, les personnes visées, déjà sous le joug de multiples pressions depuis des années, ont émis de gros doutes quant à la légitimité d’un tel « recensement ». Ces personnes ont donc décidé d’écrire à Mme DESHAYES et à M. KOSSOWSKI, Député-Maire de la Ville, afin de leur demander quelques explications. Leurs courriers sont restés lettres mortes.

Interpellé sur la question lors d’une petite réunion publique d’entre deux tours de cantonales, M. KOSSOWSKI ne s’en est pas vraiment ému et n’a apporté aucune réponse.

Recensement INSEE. Déroulement :


Publicités

Une réflexion sur “ Le coup du recensement ”

  1. Le théâtre de boulevard, vous connaissez ?
    Après la grotesque mise en scène d’un faux recensement, cousu d’un grossier fil blanc, l’envoi – non moins cocasse- d’un courrier rocambolesque émanant d’une mairie, un bailleur organise une loterie ouverte aux célibataires, couples, familles. Le gros lot ? Un appartement de 100 m² !!! Au pays du burlesque, on aura tout vu. Bienvenue au Club des Bouffons.
    Mais à force de se jouer de la Légalité, en jouant dans la cour de l’Illégalité, d’aucuns s’étonneront de se voir limogés…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s