Les réunions de la Mairie

09 septembre dernier

Une réunion publique est organisée sur le thème des projets d’aménagement de La Défense 1 « HERMITAGE-PLAZA – BERGES DE SEINE ».

Présidée par M. KOSSOWSKI, Député-maire de Courbevoie et Vice-Président de l’EPAD, cette réunion mêlait projet public et privé, insistant bien sur le fait que le projet HERMITAGE et celui des BERGES étaient dépendants l’un de l’autre. Plusieurs intervenants, dont l’EPAD, Defacto, l’agence AUC, etc.

Ce qu’il nous reste de cette réunion publique :

– « Le quartier de LA DEFENSE 1 est glauque et sordide».

Charmant ! Bien entendu, ceci est faux. Et si certains osent dire pareille chose, les habitants du site peuvent leur répondre que ce quartier n’est certainement pas aussi « glauque » et « sordide » que ceux qui l’ont volontairement laissé à l’abandon – et ce, malgré les charges et autres taxes payées par tous les riverains.

– « On ne connaîtra la viabilité, la rentabilité de ce projet que 5 ou 6 ans après sa réalisation. »

Bravo !!! On met donc un quartier à sac, on porte atteinte à la vie des citoyens, on met en péril l’existence de tout un quartier et celle de ses habitants à des fins spéculatives : pour un projet dont on ne connaîtra la viabilité, la rentabilité que 5 ou 6 années après sa réalisation.

– « LOGIS-TRANSPORTS est le maître d’œuvre du « relogement » des habitants. Ceux-ci en sont d’ailleurs très satisfaits. »

??? Une fois de plus, les habitants ont été très étonnés à l’écoute de ces propos. Il y a environ un an, toutes les personnes concernées ont reçu un courrier de la mairie faisant état d’un « Observatoire du Relogement » voulu et institué par elle-même.

nb : un « relogement »* n’est légalement possible que dans certains cas. De plus, celui-ci doit être établi par une vraie Commission, avec le Conseil Général et autres entités, en concertation avec les habitants. Ce qui n’a ici jamais été le cas, et pour cause ! Depuis le départ (2008), aucun de ces cas de « relogement » n’est applicable aux habitants visés de la Résidence.

* ne pas confondre « délogement »  avec « expropriation »

Quant aux « relogés » évoqués lors de cette réunion, il suffit de les écouter pour comprendre que la majorité est loin d’être « satisfaite ».

– « M. le Maire, les tours de La Défense ont fait naître un micro climat et génèrent des vents forts tourbillonnants. Avec ces deux tours, dont la hauteur de 323 m. dépasse tout ce l’on a déjà pu voir, les vents ne manqueront pas de créer des tornades qui auront un impact non négligeable sur l’Humain et l’environnement. Alors, que comptez-vous faire contre les vents ? »

…….

– « M. le Maire, pouvez-vous assurer aux propriétaires des immeubles Champagne et Dauphiné que ces projets ne présentent aucun risque de démolition pour ces deux immeubles ? »

« Mais non, je vous l’affirme, aucun risque. Et puis d’ailleurs, comment voulez-vous que l’on exproprie des propriétaires ? » !….

Cette réunion publique ouvrait le début de 3 séances de groupes de travail ( !) qui eurent lieu peu après…

 

23 septembre, 28 septembre, 7 octobre

Ces 3 séances de « groupes de travail » étaient en fait des présentations de projets actés.

Conduites par la mairie, l’Atelier du paysage urbain, en présence de l’EPAD, de Defacto et de l’agence Cushman et Wakefield, ces présentations étaient argumentée par des slides,  photos de La Défense 1, très orientés. Tous les aspects un peu moches du quartier étaient mis en évidence. Pas un seul de ces slides ne le montrait sous son vrai visage. Certains clichés de magasins ne correspondaient pas au site, un faisait état de la façade arrière (là où personne ne va jamais) d’une boutique mais pas de sa vitrine ni de son entrée; certains commerces ont été oubliés ; leur nombre ainsi que leurs horaires étaient erronés ; les couleurs étaient grisées ; etc.

Lors de la dernière présentation, les résidants ont pu définitivement constater que les intervenants affirmaient mieux connaître le site et sa qualité de vie que les habitants eux-mêmes…

Les diverses réflexions ont été prises en compte sur un paper-board mais face à la contestation générale, la mairie et le cabinet Cushman n’ont pu qu’accepter une seconde visite* du site en présence cette fois-ci des habitants.

L’estocade finale : les habitants ont appris que la même présentation serait faite aux collectivités locales. Ce qui les a estomaqués…

* résultat : une stérile visite de courtoisie

 

18 octobre

Réunion publique de la mairie (en clôture des « groupes de travail »).

Les propos tenus étaient plus aberrants encore que lors de la réunion du 09 septembre. Impossible d’énumérer chaque point abordé en présence de plus de cent personnes au moins.

Cependant, lorsque les assignations en cours ont été évoquées, en l’occurrence: « que se passerait-il si d’aventure le projet commençait à être édifié, puis qu’ensuite les procès soient finalement gagnés par les demandeurs ? » Embarrassés face à cette question, M. Catonnet et M. Kossowski répondirent de manière inaudible et incompréhensible. Autrement dit, aucune réponse ne fut apportée. En revanche, une question connu une réponse claire et nette : « Face à la situation financière plus que catastrophique que connaissent les maisons-mères (Stroïmontage et Mirax) de Hermitage, qui n’a elle-même jamais prouvé son savoir-faire en matière de construction, QUI se portera garant des 700 M€ que cette société compte emprunter à des banques (européennes mais pas françaises) à un taux de 7.5% par dessus le marché (taux de la dette de la Grèce) ? » La réponse fut : « C’est le ministre du Budget qui se portera garant. » L’assemblée en est restée bouche-bée !

A peine quelques jours plus tard, une brochure titrée  « Rénover et aménager un nouvel espace public pour Courbevoie » était distribuée à des milliers d’exemplaires.

Cette brochure, qui étale le projet « Hermitage Plaza – Berges de Seine » tout au long de ses 6 doubles pages, fait, entre autres, état d’un : « Fort d’un constat partagé avec l’ensemble des riverains sur la vétusté de La Défense 1 (…) » … Les riverains ont été ravis d’apprendre qu’il s’agit « d’un constat « partagé » » car ils n’étaient pas au courant. Quant à la « vétusté », QUI est responsable de l’entretien du site déjà ?

D’autre part, est également mentionné :

« Concerter avec les Courbevoisiens (…) Afin de construire ensemble un projet d’aménagement enrichissant pour tous (trop drôle !), la Ville de Courbevoie et l’EPAD  et Defacto ont mis en place une concertation constructive qui a permis de définir les souhaits et les attentes des habitants du quartier (…) » !!!

– « enrichissant » pour qui ? Ceux qui sont, et/ou seront, jetés hors de chez eux ?

– il n’y a jamais eu de « concertation » constructive ou pas. Il n’y a eu que des présentations de projets actés et des contestations en réponse. Quant aux « souhaits » et aux « attentes des habitants du quartier», no comment.

– « la création de 3 groupes de travail thématiques regroupant une quinzaine de personnes qui ont réfléchi à des orientations concernant (…) »

il n’y a jamais eu « 3 groupes de travail ». Il n’y a eu que des présentations de projets actés.

Ceci dit, cette brochure a le mérite de dévoiler aux habitants, riverains et usagers du site, l’existence de 4 autres tours (de 7 étages, mais d’à peu près 31 m. de haut !) prévues derrière les tours « jumelles ». Ce qui fait donc 6 tours pour les Berges de Seine.

Question : quel espace, quel périmètre, nécessite un chantier d’une telle ampleur ?

En définitive,

–  on entend peu parler du projet public « BERGES DE SEINE »,

– chacun est un peu perdu face à ces projets « privé » et « public » qui suscitent la controverse, les questions qui restent sans  réponses, le financement douteux, les rumeurs, les faux-semblants, les « on-dit », l’absence de concertation, etc.

Conclusion : les citoyens n’étant pas écoutés (dans tous les sens du terme) lors de ces réunions, celles-ci ne leur sont finalement utiles que dans la mesure où elles leur servent d’observatoire.

Les projets visiblement actés s’étalent dans toute la presse depuis longtemps, une campagne d’affichage a commencé sur le site fin octobre (voir ci-dessous). Pourtant, les problèmes s’amoncellent, les habitants protestent, la concertation est inexistante,  et  aucune enquête publique n’a eu lieu.

Ce diaporama nécessite JavaScript.



Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s