Entretiens avec Mme TERMES de H.E.R.

Au titre de
l’association, nous avons reçu Mme TERMES, enquêtrice de la société H.E.R., les
03 et 04 novembre derniers.

Nous avons
expliqué beaucoup de choses à cette dame, un peu désorientée par les
complications rencontrées lors de sa mission malgré son expérience du terrain.

Nous avons
évoqué avec elle les grandes lignes de l’histoire « LOGIS-TRANSPORTS/LES
DAMIERS » depuis 2001 – année d’achat de ces immeubles par cette société
– jusqu’à aujourd’hui. Mais aussi, ce que LOGIS-TRANSPORTS faisait subir à ses
« locataires » depuis des années.

Bien sûr, Mme
TERMES, charmante au demeurant, était à mille lieues d’imaginer entendre un
jour une histoire pareille… Et pourtant, cette histoire incroyable est
véridique ! Un vrai cas d’exception…

Nous lui avons également parlé du fait que son enquête n’était
pas légale en nos murs car elle était sociale et que nos immeubles
relevaient du privé. Ce avec quoi elle n’était pas tout à fait d’accord arguant qu’un tas d’enquêtes se faisaient partout, jusqu’au moment où nous lui avons demandé  quelle était l’activité de la société H.E.R., et surtout quel nom portait l’enquête nous
«concernant». « Diagnostic social d’occupation», nous a-t-elle répondu. Depuis quand voit-on
des « diagnostics sociaux » dans des appartements relevant du
« secteur privé » ? Hum… Fait-on également ce type d’enquête chez des personnes, locataires de maisons Villa Montmorency (XVIème) ou de n’importe quel appartement relevant du marché libre ? Non, bien sûr que non ! Plus proches de cette partie de la résidence des Damiers, allez donc demander aux locataires d’appartements situés au
«Champagne» ou au «Dauphiné» si ce type d’enquête a lieu dans leurs immeubles…

D’autre part, cette dame nous a confié que quelques
« locataires » avaient apparemment reçu pour mot d’ordre de la part de leur
association de ne pas répondre à son enquête. Nous lui avons répondu que cela
ne venait pas de VIVRE A LA DEFENSE. Que l’association se reposait uniquement sur les lois
en vigueur en France et qu’elle avait juste expliqué à ses membres que cette
enquête « sociale » n’était pas
« légale » dans des immeubles du « secteur privé ». Certains des résidants parlant même d’«inquisition».

Nous lui avons également fait part :

  • de l’agressivité dont avait fait preuve les enquêteurs de H.E.R.,
    venus en février/mars derniers, vis à vis des résidants de ces immeubles,

  • des propos choquants tenus par les deux conseillers de H.E.R.,
    « responsables » du soi-disant relogement des personnes
    habitants les « Infras », devant plus d’une dizaine de personnes
    lors des réunions prévues à cet effet.

Ceci dit, Mme TERMES a poursuivi sa mission, secondée par Mme DAUGUET…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s