Genèse Damier d’Anjou-Infra et Damier de Bretagne – 2008 (#4)

Fin janvier 2008 : une note, non-nominative, est glissée dans les boîtes aux lettres des habitants. Elle indique qu’un « digicode d’accès à votre bâtiment sera posé et fonctionnera à partir du 04 février 2008. Pour votre sécurité, nous vous rappelons que ce code est confidentiel, et qu’il ne doit pas être divulgué aux personnes de l’extérieur. »

Résultat : les interphones sont purement et simplement supprimés ! Comment se faire livrer courses et colis ? Comment ouvrir à nos visiteurs ? Descendre pour leur ouvrir (imaginons que, comme bien souvent, l’ascenseur soit en panne…) ? Qu’importe que l’on soit âgé(e), handicapé(e), que l’on ait des enfants en bas âge, quelque chose sur le feu, etc…

Autre alternative : donner le code – parfois à des inconnus (les livreurs, par exemple) quitte à ce que ceux-ci divulguent le code « confidentiel » autour d’eux… Ceci dit, au 13/14 place de Seine, la porte d’accès ne ferme que si on la claque à plusieurs reprises. Pour sortir de l’immeuble, il faut parfois s’armer de
patience car la porte reste, de temps en temps, obstinément coincée. La
réparation de la serrure étant du travail d’amateur (plaque et vis mal posées, non ajustées), il est évident que cela ne peut fonctionner correctement…

Début février 2008 : des ouvriers viennent rendre les appartements, structurellement solides et impeccables mais condamnés, « impropres à la location » en les détruisant à coups de masse !!! Les plus proches voisins ne sont d’ailleurs pas près de l’oublier.

Toujours début février, une note nominative, datée du 28 janvier 2008, est glissée dans les boîtes aux lettres des résidants, dont l’objet est : « diagnostic d’occupation ».

Par le biais de cette note, Logis-Transports informe que : « Logis-Transports a
envisagé la vente* de votre résidence à un investisseur privé qui souhaite libérer l’immeuble
. », et indique lancer une enquête qui sera effectuée par la société H.E.R.

* A ce propos, nous rappelons que les statuts de Logis-Transports ne lui permettent pas de vendre un bien pendant une période de 10 ans à partir de la date d’achat ou de construction du dit bien (même si l’une des employées de cet organisme affirme que cela ne s’applique pas à Logis-Transports…). AXA ayant cédé ces deux groupes d’immeubles de la Résidence des Damiers le 02 juillet 2001, Logis-Transports ne peut donc vendre avant le 02 juillet 2011. De plus, le droit de préemption devant être appliqué, Logis-Transports ne peut vendre qu’aux occupants légitimes – et non pas à un investisseur, quel qu’il soit…

Une autre note, non-nominative et toujours glissée dans les boîtes aux lettres, datée du 04 février 2008, informe les habitants que « l’enquête » commencera en leur domicile le mardi 12 février.

Une autre note encore, non-nominative (glissée dans les boîtes aux lettres…), datée du 11 février 2008, informe les habitants du déroulement par phases du « projet de cession des Damiers » :

·1ère phase     : « Le diagnostic d’occupation »,

·2ème phase  : « La présentation des enjeux relatifs aux relogement »,

·3ème phase   : « L’élaboration des modalités du relogement dans le cadre d’un dialogue  participatif. »

11 février 2008 : M. Kossowski, Député-Maire de la ville de Courbevoie, invite les Conseils Syndicaux des Damiers de « Champagne » et du « Dauphiné », les membres du Bureau de « Vivre à La Défense », un membre de l’association et deux habitants du Damier de « Bretagne », a assisté à une réunion. Dix personnes en tout, plus le Maire et Mme Limoge, son adjointe. Durée de la réunion : 1 heure.

Sans attendre, M. Kossowski informe les présents que les Damiers d’Anjou-Infra et de Bretagne sont vendus – sans préciser le nom de l’acheteur. Extrêmement surpris par cette affirmation, nous avons immédiatement répondu : « Non, c’est impossible ! A la rigueur, il y a peut-être une promesse de vente mais ces immeubles ne sont certainement pas vendus ! ».

Gêné, le Maire demanda alors quelques explications. Après lui avoir fait part du comportement de Logis-Transports, vente d’AXA à Logis-Transports comprise, nous avons souligné que la France était un pays cadré par des lois qu’il serait grand temps de faire respecter et d’appliquer.

Puis, l’un des présents interrogea le Maire sur ce qu’il pensait d’un éventuel recours en  justice. M. Kossowski a alors répondu : « Prenez un bon avocat, un très bon cabinet… et défendez vos droits. » Il lui fut répondu que certains l’avaient déjà fait et que la première vague de dossiers étaient déjà déposée au tribunal. Dont acte.

12 février 2008: dès le petit matin, une armada de « nettoyeurs » s’active afin de débarrasser les poussières et autres « particules » indésirables qui avaient élu domicile dans les parties communes. Les luminaires sont enfin pourvus d’ampoules,  les baies vitrées des portes d’accès retrouvent une transparence qu’elles ne connaissaient plus depuis belle lurette, le marbre des sols brille, même les murs ont le bonheur de connaître enfin le goût de l’eau et du détergent.

Jamais on n’avait vu une telle effervescence depuis la cession des immeubles par AXA… Tout ça pour recevoir dignement les enquêteurs de la société H.E.R.

L’enquête commence…

Quelques habitants des Damiers d’Anjou-Infra et de Bretagne acceptent de répondre aux questions par curiosité  mais refusent de fournir leur avis
d’imposition – document exigé par les enquêteurs.

D’autres refusent de répondre estimant que cette enquête n’est pas légale –
certains appuient leurs dires en déclarant que leur avocat le leur a déconseillé, d’autres indiquent avoir déposé un recours en justice contre leur Logis-Transports. Les enquêteurs n’ont plus jamais frappé à leur porte.

D’autres encore n’ont pas souhaité recevoir ces enquêteurs pour divers autres motifs. Les enquêteurs sont revenus jusqu’à cinq à six fois par jour (pendant 3 semaines – c.a.d. au moins 105 fois !!!) frapper à leur porte…

Face au nombre de refus, les enquêteurs de la société H.E.R. venaient dans la semaine, mais aussi le samedi et le dimanche, à n’importe quelle heure et même tard le soir.

Quant aux habitants de la partie « Infra », ceux-ci n’ont pu faire autrement que leur répondre – malgré le fait que leurs appartements soient (bizarrement) passés dans le secteur H.L.M. à leur insu.

Selon les Conseils juridiques consultés, cette enquête n’est légale que dans les H.L.M. Une fois de plus, la France est un pays cadré par des lois qu’il serait grandement temps de faire respecter et d’appliquer (un vrai credo…).

Nous faire encore avaler des couleuvres ? Non merci, la coupe est pleine ! Mais voilà comment, de nos jours, sont traités des personnes qui paient charges et loyers et qui auraient bien aimé vivre paisiblement… Nous ne remercions pas Logis-Transports de nous en faire voir de toutes les couleurs depuis 7 ans.

15 février 2008 : Assemblée Générale de VIVRE A LA DÉFENSE – présentation des comptes 2007 et dernières démarches effectuées. Puis, comme bien souvent, VIVRE A LA DÉFENSE invite les non-adhérents à participer à la suite de la réunion.

04 mars 2008 : VIVRE A LA DÉFENSE  invite tous les habitants visés par cet étrange « opération » à participer à une réunion en présence de l’avocat en charge  des dossiers déjà déposés. Celui-ci a clairement expliqué les droits des locataires en matière de bail, de vente, de relogement, etc. Puis il s’est prêté au jeu des questions/réponses et a tenté de répondre à chacun. L’association a également précisé que l’Aide Juridictionnelle était gratuite mais soumise à conditions de ressources.

06 mars 2008 : Ressentant une insécurité certaine à plusieurs niveaux, VIVRE A LA DÉFENSE  dépose une main courante préventive au commissariat.

17 mars 2008 : Logis-Transports demande un report d’audience au tribunal (l’audience est reportée au 14 avril 2008).*

21-22 mars 2008 : Dans la nuit, un violent incendie ravage le niveau « –4 » des parkings situés sous les immeubles de la Résidence des Damiers. Certains résidants sont même obligés de sortir de chez eux à cause des émanations. A leur retour, vers 4 heures du matin, ils s’aperçoivent que les murs de leur intérieur sont noircis par la suie.

Cet incendie, d’origine criminelle selon la police, fait l’objet d’une enquête judiciaire (voir catégorie « Parkings »)…

Il est à noter qu’à la suite de cet incendie, LOGIS-TRANSPORTS ne s’est jamais manifestée auprès des habitants. Mais vu la façon dont cette société traite ceux qui la font vivre, ce n’est pas si étonnant que cela… 

*14 avril : LOGIS-TRANSPORTS demande un nouveau report d’audience. Celle-ci est donc reportée à juin.

En juin : L’audience de mise à disposition a bien lieu mais LOGIS-TRANSPORTS ne présente aucun document…

L’audience de jugement est fixée au 02 octobre 2008.

Le 1er octobre 2008, LOGIS-TRANSPORTS demande… un report d’audience ! L’affaire est radiée mais immédiatement réinscrite au rôle à la demande des plaignants.

A suivre…

Publicités

2 réflexions sur “ Genèse Damier d’Anjou-Infra et Damier de Bretagne – 2008 (#4) ”

  1. Bonjour à toutes et à tous,
     
    Je suis locataire d\’un logement aux damiers depuis février 2005 et fait partie de l\’association Vivre A La Défense.
    Un agent enquêteur est déjà passé chez nous pour recueillir des informations quant à "éventuel" relogement.
     
    J\’utilise le terme "éventuel" car un bailleur n\’a obligation des reloger ses locataires que s\’ils ont signé un bail de type HLM.
     
    Sur les 4 immeubles des Damiers qui représentent environ 250 familles, seuls 40 logements sont de type HLM !! (Mon contrat, pour ma part, est de type PLI).
     
    Si Logis Transports souhaite la "paix sociale", il relogera tout le monde. Sinon, rien ne l\’oblige à reloger les 210 familles restantes.
     
    De plus, Logis Transports a fait signer des baux précaires à ses locataires ( 3 mois renouvelables !), dont la légalité est
    contestable et parfois par des moyens douteux (pression, …).
    Ce qui veut dire qu\’il lui sera très simple de vendre un immeuble vide voué à la destruction.(Puisqu\’il est question de
    relogement …).
    Certains locataires ont déjà entamé une action en justice contre ses baux.
     
    Un des 5 projets retenus pour la construction de la tour Signal est localisé à l\’endroit exact des Damiers (http://www.tour-signal-ladefense.com/fr/fi3d.html).
     
    La situation est dons assez critique pour certaines familles qui ne pourront trouver un logement s\’ils ne sont pas reloger par Logis Transports.
     
    Je vous ferai grâce des autres irrégularités pratiquées par ce bailleur.

                                     Bonne journée
    Philippe

  2. Bonjour,Juste une petite précision quant à ce mail :Sabrine Czysz est ma correspondante sociale auprès de qui j\’avais évoqué le problème des Damiers et l\’ALPAF est l\’organisme du Ministère des Finances qui gère le logement de ses agents. Le logement de LOGIS TRANSPORTS m\’a été proposé suite à une demande que j\’avais faite auprès de la Préfecture des
    Hauts-de-Seine. (Je travaille à la Trésorerie Générale des Hauts-de-Seine).                            
    Bon courage et bonne
    journée,                                               Philippe.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s